Choisir ma fin de vie est le site de notre association qui réunit des personnes qui partagent la conviction que chacun devrait pouvoir choisir le moment et la façon dont il mourra.

La mort fait partie de la vie et notre histoire peut se lire dans les croyances, rites et religions qui structurent l’expérience humaine.

C’est au cours des années 1970, que la question de la fin de vie a commencé à entrer dans le débat social. Les progrès techniques de la médecine, notamment en soins intensifs de réanimation ont rendu possible de maintenir en vie des patients, qui sans ces interventions médicales, seraient morts. Notamment des malades plongés dans un coma irréversible et dont le cas de Vincent Lambert était encore récemment la terrible illustration.

Aux questionnements sur les conséquences de l’acharnement thérapeutique s’est ajouté un deuxième facteur, celui de la remise en cause du côté normal et naturel de la douleur.

La demande d’avoir une fin de vie conforme à ses conceptions personnelles a émergé progressivement et a induit une réflexion sur le sens de l’étape ultime de notre vie, devenue essentiellement intime.

Cette remise en cause des conditions traditionnelles de la mort, a donné lieu à la création d’associations dans un grand nombre de pays .Le Choix-Citoyen pour une mort choisie, est l’une de ces associations en France. Elle est membre de la Fédération mondiale des « Right to Die Societies ».

Fondée en 1980, la Fédération Internationale https://www.wfrtds.org regroupe 55 Associations réparties dans 28 pays. Elle permet de créer un lien au service des associations « qui œuvrent à garantir et à protéger le droit des Individus à choisir les conditions de leur propre fin de vie. ».

Les actions menées dans ces différents pays, animées par des valeurs partagées, ont abouti à une vision commune à laquelle notre association souscrit pleinement : « Quelles que soient sa nationalité, son ethnie, ses convictions religieuses et politiques, toute personne qui apprécie pleinement les conséquences de la réalisation de son souhait de mourir, et qui tient compte des intérêts raisonnables des autres, devrait avoir accès à une mort sereine et douce ».

Ce que les grecs dans l’antiquité appelaient l’euthanasie, était tout à fait admise et même recherchée, également dans le monde romain.

« Mourir un jour quand tu ne le voudras pas, voilà ton obligation : mourir dès que tu le voudras, voilà ton droit .Tu ne peux te soustraire à l’une, tu peux saisir l’autre » (Sénèque, Lettres à Lucilius).

 

Bilan de la CCFV :

La Convention Citoyenne sur la Fin de Vie transmet aux décideurs les clés de l’aide active à mourir

*******

Au Choix, NOUS ne voulons pas d’éventuels changements… c’est insuffisant.
NOUS demandons une nouvelle loi !!

La question ne concerne pas seulement les personnes qui sont en fin de vie, mais aussi toutes celles souffrant d’une maladie neurodégénérative, ainsi que les personnes se retrouvant paralysées à la suite d’un accident et qui ont peut-être 20, 30 ou 40 ans « d’espérance de vie », sans amélioration de leur état.                                                                  

Vidéos à la une

Dans le cadre de ses travaux sur le projet de loi Fin de Vie du gouvernement, la commission parlementaire a auditionné des représentants du monde associatif, dont le docteur Denis Labayle, co-président d’honneur du Choix.

Vous pouvez lire le texte de son audition qui résume l’avis du Choix sur le projet de loi à venir.

Notre dernière lettre

Lettre 58 du 11/06/2024

DISSOLUTION DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE, UNE VICTIME : LE PROJET DE LOI SUR LA FIN DE VIE ! L’annonce de la dissolution de l’Assemblée Nationale interrompt brutalement le processus législatif concernant l’aide à mourir, la discussion ainsi que le vote de…

Lire la suite

Actualités à la une

Informations sur notre Association

Composition du Conseil d’administration élu :

  • Patrick Allier
  • Didier Bally
  • Chantal Calmat
  • Claire Commereuc
  • Aline Grimbert
  • Denis Labayle
  • Jacqueline Laurent
  • Alain Pintureau
  • Jacqueline Salenson
  • Anne Vourc’h
  • Annie Wallet

Vous souhaitez vous investir dans la vie du Choix ?

N’hésitez pas à contacter les représentations déjà existantes
ou à nous contacter à contact@choisirmafindevie.org
si l’association n’est pas encore présente dans votre région !


Tout courrier doit être envoyé à cette adresse :

Maison de la Vie Associative et Citoyenne
Le Choix, Citoyens pour une mort choisie
Boite n° 46 – 22, rue Deparcieux
75014 Paris

N'oubliez pas

Vos versements (adhésion, renouvellement de cotisation)
peuvent s’effectuer via le site.
Le Choix répond à vos questions qu’elles soient posées sur le site
ou envoyées à : contact@choisirmafindevie.org

Ce que nous voulons

Nous voulons une loi offrant à chacun la liberté de choisir sa fin de vie :

Une loi autorisant l’Aide Active à mourir pour les personnes atteintes d’une affection grave et incurable,liée à une maladie ou conséquence
d’un accident, et désirant :

  • Soit l’Aide médicale à mourir comme en Belgique
  • Soit le Suicide assisté comme en Suisse
  • Sans attendre d’être arrivé à un stade ultime de la maladie,
  • Sans attendre d’être soumis à des souffrances intolérables.
  • Après avoir recours à l’avis de deux personnes (deux soignants ou un soignant et la personne de confiance)

Ce que nous ne voulons pas : une loi Claeys-Leonetti BIS :

  • Exigeant que le malade soit au stade terminal de son affection
  • Exigeant que le malade souffre de douleurs incontrôlables
  • Exigeant l’accord de trois médecins pour la prescrire

Dans cette situation, nous voulons :

  • Une vraie sédation profonde et continue jusqu’au décès chez les personnes atteintes de maladies graves qui le désirent :
  • Réalisable au domicile
  • Avec des doses de sédatifs et d’antalgiques assurant un sommeil profond et
  • Indolore
  • Entraînant une agonie brève.

Ce que nous ne voulons pas :

  • Des indications restrictives qui en réduisent la portée.
  • Une déshydratation du corps inutile et douloureuse.
  • Une sédation superficielle
  • Une agonie prolongée

Dans cette situation, nous voulons :

  • Des soins palliatifs libérés de toute idéologie et répondant réellement aux souhaits du malade, exprimés dans ses directives anticipées.
  • Un développement préférentiel des soins palliatifs ambulatoires assurés par des équipes mobiles, tant au sein des services de médecine hospitaliers qu’à domicile.
  • Une formation de tous les soignants aux soins palliatifs car c’est le rôle du médecin d’accompagner ses malades jusqu’à leur mort.

Ce que nous ne voulons pas :

  • Des soins palliatifs imposant une idéologie qui ne respecte pas la diversité des souhaits des malades.
  • Des unités trop cloisonnées aboutissant à des ghettos de la mort

Dans cette situation, nous voulons :

  • Des directives anticipées ayant un pouvoir exécutif, lié uniquement a la volonté du malade ;
  • Une incitation réelle à les faire remplir à tout malade atteint d’une affection grave.
  • Un registre national des directives anticipées.
  • Un pouvoir réel de la personne de confiance qui prévaut sur tout autre personne.

Ce que nous ne voulons pas :

  • Des D.A. révocables selon l’envie par les médecins.
  • Des D.A. qui ne permettent pas d’indiquer clairement une volonté d’en finir rapidement sans agonie douloureuse pour les proches.

Le Choix vous informe...

Dernières Actualités France

Dernières Actualités Internationales

Nos Actions du moment

Communiqué de presse du 12 février 2024

Communiqué de presse du 12/02/2024 FIN DE VIE : SOMMES-NOUS ENCORE DANS UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE ? Le jeudi 8 février, pour la deuxième fois en moins d’un an, le président de la République a invité à dîner à l’Élysée les…

Lire la suite

Nos derniers comptes-rendus

Compte-rendu de la réunion du 30 novembre Toulouse

Compte-rendu de la table ronde du 30 novembre à la médiathèque José Cabanis de Toulouse sur le thème de la fin de vie Organisateur : Brice Torrecillas, professeur, auteur et journaliste      Invités :           Nathalie Andrews co-présidente d’honneur du Choix,                  …

Lire la suite

Débat du 21 octobre à Bourg-de-Péage

Avec l’association ACC26 (Agir contre le cancer) que notre adhérent Alain Fournier a organisé le débat sur la fin de vie dans la maison des associations de Bourg-de-Péage Une bonne vingtaine de personne intéressées s’étaient déplacées. Madame Emmanuelle Anthoine députée de la 4 -ème circonscription de la Drôme  et la présidente de ACC26 madame Claire…

Lire la suite

Compte-rendu du Forum des Associations Paris 15ème
16septembre

Nicki Tillinghast et Jacques Mazières, avec l’aide de quelques autres adhérents, ont rencontré de nombreux visiteurs le samedi 16 septembre au Forum des associations de Paris 15e. L’intérêt accru pour le sujet de la fin de vie était évident : les citoyens attendent une nouvelle loi et ont souvent des histoires douloureuses à raconter sur…

Lire la suite

De beaux Livres

De bons Films

Last Flight Home (2022)

Son père a choisi de mettre fin à sa vie à 92 ans. Pour faire face à la perte imminente du patriarche de la famille, qui a opté pour un suicide médicalement assisté, Ondi Timoner a fait ce qu’elle sait le mieux : un film ! Elle a filmé les derniers jours de son père. « J’aurais voulu…

Lire la suite

Un Beau Matin (2022)

À qui revient notre décision de mourir ? Dans quelles conditions pourrait-on la prendre ? Alors que l’État français a récemment lancé l’idée d’une Convention citoyenne sur la fin de vie, un nouveau film tout en nuances signé Mia Hansen-Løve sort sur les écrans, ce mercredi 5 octobre, avec de quoi nous faire réfléchir « librement » sur le débat. Un jour, alors…

Lire la suite

Les mots de la fin

La version courte de cet excellent film belge sera diffusée sur ARTE le 13 juillet à 23h35, dans le cadre de la série « La vie d’en face « Ce film se déroule dans le cabinet de consultation du Dr François Damas, ancien membre de la commission de contrôle sur l’euthanasie en Belgique et membre du comité…

Lire la suite

Derniers Témoignages de notre comité d'Honneur

Qui aura le courage en 2022 ?

Frontalière avec la Belgique, un pays qui a dépénalisé l’euthanasie depuis 20 ans, j’aide des malades Français à traverser les frontières pour accéder à cette mort douce et choisie qui nous est refusée en France. Ma rencontre avec la Présidente d’une association suisse m’a permis d’orienter des malades aussi vers ce pays qui reconnait le…

Lire la suite

La clé des champs

On n’a pas choisi de naître.On n’a pas le choix de mourir ou non (il faudra mourir de toute façon). Mais on a le choix, parfois, du moment et des modalités de sa mort. C’est l’une de nos libertés, certes pas la plus importante (le droit de vivre est plus précieux que le droit de…

Lire la suite

Le mot COURAGE semble avoir disparu du paysage politique français.

Alors que 90 % de nos concitoyens se déclarent favorables au droit à l’euthanasie ou au suicide assisté, le mot COURAGE semble avoir disparu du paysage politique français. En 1981, le courage a été, pour le futur gagnant,de se déclarer favorable à l’abolition de la peine de mort… avant les élections, alors qu’une majorité de…

Lire la suite

Derniers Témoignages de membres ou sympathisants

Témoignage d’un médecin

Denis Labayle, à la suite de son intervention sur RTL du 27 mai, a reçu de nombreux témoignages. Voici la lettre émouvante que lui a envoyée un collègue médecin qu’il a connu au cours de ses études. Bonjour Denis Je vais te tutoyer car nous nous sommes connus à Jussieu en année préparatoire à la…

Lire la suite

Ma mère est morte vendredi à midi, le 12 du 12 !

Ma mère est morte vendredi à midi, le 12 du 12, grâce à l’aide médicale à mourir, entourée de ses cinq enfants et huit petits-enfants. Pour le ministère de la Santé, ce sera une statistique de plus dans la colonne des centaines de Québécois qui ont choisi de « Mourir dans la dignité » mais…

Lire la suite