Je peux aussi témoigner de la mort très douce d’une quinzaine de malades en Suisse

Lors de la MVA (Mort Volontaire Assistée), il y a toujours au moins deux personnes de l’association* : le médecin et le responsable. J’y assiste moi-même quand ce sont des francophones. Les Français se distinguent, de plus, par leurs fort nombreux accompagnateurs (jusqu’à 5). Cela se passe très vite et pourtant très calmement pour celle…